Emboiture tuyau NATURAL, canalisation en fonte - Saint-Gobain PAM

Recherche produit

Passage de pont

Eau

Passage de pont

Franchir un pont avec une canalisation constituée d’éléments emboîtés consiste à résoudre :
– le supportage,
– l’absorption des dilatations thermiques du pont et celles de la canalisation,
– l’ancrage des éléments soumis aux poussées hydrauliques,
– la protection contre le gel si nécessaire.

Il existe deux grands principes de pose, que l’on choisit en fonction du type d’ouvrage  :

  • canalisation fixée sur l’ouvrage,
  • canalisation indépendante de l’ouvrage.

Les cas présentés ci-dessous correspondent à des situations classiques de franchissement ; ils sont donnés à titre d’exemple et ne sont pas représentatifs de la variété des situations que l’on  peut rencontrer.
Chaque pont est un cas particulier et doit être étudié de manière spécifique. Il y a lieu, notamment, de s’assurer préalablement que l’ouvrage peut supporter les conduites et que les fixations d’ancrages sont possibles.

Canalisation solidaire de l’ouvrage

Supportage

– un support par tuyau ;
– chaque support derrière l’emboîture ;
– un berceau d’appui  (α = 120° est une bonne précaution) ;
– un collier de fixation ;
– une protection en caoutchouc.

Dilatations thermiques

Dilatation relative : chaque collier doit être suffisamment serré pour constituer un point fixe avec le pont.  Entre chacun des supports, ainsi solidaires du pont et des tuyaux, le joint automatique agit comme un compensateur de dilatation en absorbant la dilatation d’une longueur de tuyau.
Dilatation globale (∆L) : la dilatation globale aux extrémités du pont est reprise selon son amplitude soit par un simple joint à emboîture (cas de l’ouvrage en maçonnerie traditionnelle de faible  portée), soit par un compensateur de dilatation de capacité suffisante (cas de l’ouvrage à extrémité libre).

Ancrage

Chaque élément soumis à une poussée hydraulique (coudes, tés,  vannes...) doit être maintenu par un système d’ancrage. Les supports doivent être dimensionnés pour maintenir la canalisation  correctement alignée et supporter les efforts hydrauliques. Il est recommandé de prévoir un coefficient de sécurité de dimensionnement afin de compenser les efforts hydrauliques dus au mauvais alignement éventuel de la canalisation.

Canalisation indépendante de l'ouvrage

Supportage

Chaque support est solidaire de la canalisation, indépendante des mouvements de l’ouvrage. Il existe plusieurs techniques, par glissement, roulement sur rail ou galets, en fonction de l’importance des dilatations.
Les forces de glissement des supports doivent être compatibles avec le système d’ancrage de la canalisation :
– un support par tuyau ;
– chaque support derrière l’emboîture ;
– un appui en berceau ;
– un collier de fixation ;
– une protection en caoutchouc.

Dilatations thermiques

La canalisation se dilate ou se contracte indépendamment de l’ouvrage. Les joints sont verrouillés : ils facilitent le montage et participent à la répartition de la dilatation globale de la conduite. Cette dilatation ∆L est reprise à l’extrémité libre de la conduite par un compensateur de dilatation de capacité suffisante.

Ancrage

Chaque élément soumis à une poussée hydraulique (coudes, tés, vannes...) doit être stabilisé par un système d’ancrage.
Les supports glissants doivent être dimensionnés pour maintenir la canalisation correctement alignée et supporter les effets de poussée hydraulique. Il est recommandé de prévoir un coefficient de sécurité de dimensionnement afin de compenser les efforts hydrauliques dus au mauvais alignement éventuel de la canalisation.

Diaporama photos

Pose en passage de pont - canalisations en fonte ductile - Saint-Gobain PAM
Pose en passage de pont